Comité interministériel du Handicap : vers une égalité réelle

Communiqué de presse

Hier, le Premier ministre, a réuni le Comité interministériel du Handicap (CIH), pour la première fois depuis sa création en 2009.

Placé sous l’autorité du Premier ministre, le CIH est chargé de définir une stratégie nationale du handicap et d’organiser le travail entre tous les ministères concernés par cette question : Education, Logement, Culture, Recherche, Travail, Sport, Santé, Défense, Collectivités territoriales….

Le CIH s’inscrit dans la continuité des mesures concrètes déjà prises par le gouvernement, comme la circulaire de septembre 2012 qui stipule que tous les projets de loi doivent prendre en compte le handicap et comporter des « dispositions spécifiques». D’autre part, d’autres mesures ont été prises dont : la proposition d’un CDI aux 28.000 auxiliaires de vie scolaire, la décision de professionnaliser l’accompagnement des jeunes enfants, l’augmentation du nombre d’AVS. S’ajoutent à cela l’adoption du troisième plan autisme et la meilleure prise en compte des besoins des personnes en situation de handicap dans les conditions d’âge des emplois d’avenir ou des contrats de génération.

La feuille de route gouvernementale présentée hier a été élaborée autour de quatre grands axes : la jeunesse, l’emploi, l’accessibilité, l’accompagnement médico-social et la santé.

Pourquoi la jeunesse ? Parce que nous devons offrir aux générations futures une vie meilleure : accompagner les parents, mieux accueillir les enfants dès la crèche, favoriser l’inclusion des enfants à l’école, permettre aux enfants de partir en vacances.

Pourquoi l’emploi ? Parce que l’accès à l’emploi signifie reconnaître les compétences et aptitudes de toute personne, et notamment de celles qui sont en situation de handicap. Pour rendre cela possible, il convient de mieux former les travailleurs. Un volet handicap est donc prévu dans la réforme de la formation professionnelle. Cela permettra de garantir l’insertion des travailleurs handicapés et d’éviter les ruptures professionnelles, mais aussi de soutenir leurs activités.

Pourquoi l’accessibilité ? Parce qu’elle est la condition incontournable d’une société plus égalitaire. L’accessibilité du cadre bâti, de la voirie et des transports doit faciliter la vie de l’usager, la vie du citoyen et permettre l’accès à la culture et au sport.

Le Parti socialiste soutient cette approche transversale, collective et dynamique décidée par le gouvernement, qui permettra l’impulsion d’une politique du handicap cohérente et juste. Elle devrait changer enfin le regard sur le handicap encore trop souvent perçu comme une carence.

Le Parti socialiste salue l’action menée par le gouvernement pour faire de notre société une société plus solidaire, plus respectueuse et plus démocratique. Une société plus tolérante capable de reconnaître nos différences sans les craindre, une société où la singularité de chacun doit être respectée et valorisée.

Charlotte Brun, secrétaire nationale à la Petite enfance, à l’Autonomie et au Handicap


Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.

Laisser une réponse

samedi 28 septembre 2013 • Catégorie : Communiqués de presse
Laisser un commentaire

Partagez !


/** */

Mentions légales

Le blog de la Section des Sourds et Malentendants Socialistes est propulsé par WordPress

  • Méta

  • Conçu et développé par Sophie Drouvroy — Être créatif 2010