[Suisse] Les services municipaux refusent au Parti Socialiste l’installation d’une rampe d’accès escamotable

Posté le 8 octobre 2013

Handicapés pénalisés : Les services municipaux refusent au Parti socialiste l’installation d’une rampe d’accès escamotable pour les fauteuils roulants.

storybild

Le PS voulait une grille s’inclinant au besoin pour passer le seuil. /jef

«Il importe de ne pas créer de précédent.» C’est par ces mots que la Ville de Genève a rejeté une demande du PS. Celui-ci voulait installer une rampe amovible devant son siège, rue des Voisins. Objectif: offrir un accès facilité aux personnes en fauteuil roulant, freinées par une marche de 7 cm.

«C’est hallucinant!» tempête Cyril Mizrahi. L’élu lancéen cite la nouvelle Constitution: «L’accès des personnes handicapées aux bâtiments (…) est garanti.» La décision l’irrite d’autant plus que son parti est prêt à tout payer. Il critique «la mauvaise volonté» de la Ville, «insensible» aux besoins des invalides.

Le refus émane des services du conseiller administratif Guillaume Barazzone, sur préavis de ceux de Rémy Pagani, qui explique que «80% des immeubles ont des marches à l’entrée. C’est un vrai problème. Je comprends néanmoins la décision: si on multiplie les aménagements, cela devient la guerre pour se frayer un passage sur le domaine public.» Thomas Nadas, architecte du projet, est dubitatif: «Il s’agit d’une grille qu’on incline quand passe une chaise, puis qu’on rabaisse, sans gêne pour les passants. Pouvoir faire aussi simple est rare.»

Le Département de l’aménagement, lui, craignait que l’objet reste levé. Claude Macherel, son directeur, nie toute mauvaise grâce, mais admet «peut-être un manque de réflexion. Sur le fond, le requérant a raison. Il faut le recevoir et trouver une solution.» Rémy Pagani, alerté par le PS l’an passé déjà, promet une réunion rapide: «Chaque cas de ce type doit être résolu.»

[Belgique] Les personnes sourdes ne doivent pas être confinées au monde du silence, il faut contribuer à les intégrer.

Posté le 5 octobre 2013

Le Gouvernement wallon a approuvé, ce jeudi 3 octobre 2013, sur proposition d’Eliane TILLIEUX, Ministre de l’Action sociale et de l’Egalité des Chances, le projet de convention pluriannuelle entre la Wallonie et l’ASBL Ecole et Surdité.

Les personnes sourdes ne doivent pas être confinées au  monde du silence,  il faut contribuer à les intégrer.

 

Le Gouvernement wallon a approuvé, ce jeudi 3 octobre 2013, sur proposition d’Eliane TILLIEUX, Ministre de l’Action sociale et de l’Egalité des Chances, le projet de convention pluriannuelle entre la Wallonie et l’ASBL Ecole et Surdité.

Cette ASBL, créée à Namur, en 2000, par des parents d’enfants malentendants, organise, au sein d’un établissement scolaire d’enseignement ordinaire, l’Institut Sainte-Marie, un enseignement destiné aux enfants sourds et malentendants. L’enseignement y est ainsi dispensé, en majeure partie, en immersion en langue des signes.

Ainsi, ce projet tout à fait novateur permet d’assurer aux enfants sourds et malentendants, une intégration identique à celle qu’ils connaitront dans la société : une minorité sourde dans une majorité entendante, où chacune des deux parties est reconnue par l’autre. Ce ne sont pas moins d’une trentaine d’élèves sourds, répartis dans 13 classes, de la maternelle à la 4e secondaire, qui suivent de cet apprentissage en classe bilingue « français – langue des signes. »

Depuis des années, l’ASBL Ecole et Surdité bénéficie d’une subvention facultative, se montant actuellement à 50 000 euros. Celle-ci couvre partiellement les dépenses liées aux activités hors scolarité : encadrement du projet, direction du service, conseils de classe, rencontres entre les différents intervenants du projet (parents, direction de l’établissement scolaire, enseignants sourds et entendants), aide à l’accès précoce au français oralisé pour les enfants sourds, sensibilisation à la culture sourde et à la spécificité de la communication avec les sourds pour les personnes entendantes, participation à un groupe de recherche, etc. Aucun cadre réglementaire ne permettant d’agréer et de subventionner l’ASBL de manière pérenne, Eliane TILLIEUX a, dès lors, proposé d’accorder une convention, pour 3 années consécutives, à ce service exemplaire incluant l’enfant handicapé dans la communauté.

L’ASBL Ecole et Surdité n’est pas la seule à œuvrer pour l’intégration des personnes sourdes et malentendantes dans la société. Durant cette année 2013, Eliane TILLIEUX a consacré des moyens importants, malgré les difficultés budgétaires, pour créer des passerelles entre le monde des sourds et celui des entendants, faire évoluer les mentalités afin de mieux intégrer les personnes sourdes au sein de notre société. Ce ne sont pas moins de 538 000 euros alloués au secteur et à des ASBL, encore trop peu connues du public.

Ce budget a été ventilé de la manière suivante :
  –    La Fédération Francophone des Sourds de Belgique pour ses projets d’inclusion des personnes sourdes dans la société, dont l’organisation de la Journée mondiale des sourds, qui a eu lieu ce samedi à Liège pour sa 20e édition :  40 400 euros.

–     20 000 euros à l’ASBL Association des sourds et malentendants du tournaisis pour leur permettre d’organiser et de coordonner des activités de vulgarisation de langue des signes.

–     295 800 euros  pour le Service d’interprétation des sourds de Wallonie ASBL dans le cadre de sa convention.

–     L’ASBL Epée de Liège, 30 700 euros pour financer l’accompagnement des personnes sourdes ou malentendantes dans leurs démarches de la vie quotidienne (démarches administratives, recherche d’un logement, d’un emploi …).

–     L’ASBL Alpha-signes, basée à Bruxelles, s’est vue accorder une subvention de 3 500 euros pour la mise en ouvre de son projet d’alphabétisation des adultes sourds en pédagogie bilingue.

–      25 500 euros ont été octroyés à Sur’Cité ASBL pour son centre de formation pour sourds (CEFORSO).

–     Canal C, la télévision locale namuroise, a bénéficié d’un montant de 14 500 euros pour pouvoir assurer la traduction gestuelle quotidienne de son journal télévisé et de l’interview de l’invité présent en plateau.

–     La télévision de proximité de la Province de Luxembourg, TV Lux, a reçu 6 250 euros pour leur « journal malentendants. »

–     26 593 euros au CPAS de Chaumont-Gistoux pour son projet Sour’dimension 

–     L’ASBL Surdimobil vient de recevoir 25 000 euros pour poursuivre ses actions : Surdirencontre, Surdicom, Surdikit… mais aussi des conférences, des contes ou encore des formations en langue des signes.

–     50 000 euros pour l’Ecole et Surdité ASBL.

Pour la Ministre Eliane TILLIEUX, « les moyens que j’ai pu dégager aideront à démystifier le handicap, en général, et la surdité, en particulier. Je soutiens pleinement de telles actions qui améliorent l’accès à l’information et font prendre conscience des difficultés principales que vivent les personnes sourdes. Il n’y a pas de meilleur projet que de rendre la personne en situation de handicap actrice de sa vie et moteur de son projet. Disposer du bon service au bon moment et au bon endroit, tisser une société plus juste, plus solidaire et plus harmonieuse, tel est le défi à relever en Wallonie. »

Source : http://www.ps.be/

Handicap : le Premier Ministre annonce le recrutement de 1 000 ambassadeurs de l’accessibilité

Posté le 5 octobre 2013

Annoncé à plusieurs reprises et plusieurs fois repoussé, le comité interministériel du handicap (CIH) s’est finalement réuni le 25 septembre, sous la présidence du Premier Ministre qui avait fixé quatre priorités : la jeunesse, l’emploi, l’accessibilité, un volet « généraliste » regroupant la connaissance du handicap, le dépistage, l’accès aux soins et l’accompagnement médicosocial.

Le relevé de décisions annoncées fait état d’une quarantaine de mesures ou chantiers à mener dont chacun s’accordera à reconnaître qu’elles sont d’importances diverses dans le cadre de l’objectif de répondre au défi de l’égalité réelle entre personnes handicapées et valides.

Même si le CIH en appelle à une « mobilisation inédite » et la mise en place d’une concertation d’ici les derniers mois de l’année, il estime  que l’objectif de l’accessibilité pour tous ( enjeu majeur) ne sera pas atteint en 2015, comme prévu par la loi.

Aussi a-t-il prévu le recrutement de 1 000 « ambassadeurs de l’accessibilité » à partir de 2014 et la mise en place d’« outils adaptés » de la Caisse des Dépôts et de bpifrance pour « accompagner les acteurs publics et privés dans le financement de leurs opérations d’accessibilité ».

Le Premier Ministre devrait saisir le CESE (Conseil économique, social et environnemental) pour réfléchir à une meilleure représentation institutionnelle des personnes handicapées et préparer la prochaine étape : la conférence nationale du handicap, prévue pour 2014… L’occasion de dresser un premier bilan de la mise en œuvre des mesures et des projets retenus par le CIH.

4 commentaires » | Catégorie : Actualités |

Accessibilité : Claire-Lise Campion nommée présidente de la grande concertation

Posté le 3 octobre 2013

Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé mercredi 25 septembre 2013 la mise en place d’une large concertation sur le thème de l’accessibilité, dont la présidence a été confiée à Claire-Lise Campion.

Le rapport « Réussir 2015 » dont elle est l’auteure, préconise la mise en place des agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP), afin de faciliter la mise en accessibilité des établissements recevant du public (ERP), de la voirie et des transports publics par les personnes publiques ou privées qui n’auront pas procédé aux aménagements nécessaires au 1er janvier 2015. Elles devront s’engager sur un calendrier précis et resserré de mise en accessibilité, sous peine de sanctions.

La mise en place de ces agendas donnera lieu à une concertation — menée d’ici à fin janvier 2014 —, qui sera l’occasion de réunir l’ensemble des acteurs concernés.

Dans un cadre consensuel, il sera également question des normes de l’accessibilité des ERP, du logement, de la voirie, des transports publics, afin que celles-ci puissent être adaptées en fonction de l’évolution des techniques, des besoins des personnes handicapées et des contraintes des opérateurs.

Les conclusions de Claire-Lise Campion sur ces deux chantiers — concertation sur les Ad’AP et adaptation de l’environnement normatif — devront permettre de compléter et d’améliorer les dispositifs législatifs et règlementaires existants.

Quand le député M. DARMANIN endosse son costume d’usurpateur…

Posté le 2 octobre 2013

De coup de com en coup de com, M. DARMANIN pourrait nous faire avaler quelques couleuvres.

La dernière en date : la proposition de loi sur le prêt à taux Zéro pour les personnes handicapées. Rétablissons quelques vérités.

Première vérité : la paternité de la proposition de loi !

Contrairement à ce qu’il déclare, le vrai « papa» de cette proposition est M. Vanneste. C’est l’ancien député qui a lancé cette proposition en 2011. Une filiation qu’il a toujours du mal à assumer mais qui est pourtant réelle.

Deuxième vérité : il existe 

déjà des aides pour l’aménagement des logements des personnes en situation de handicap

La loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes en situation de handicap propose déjà de nombreux dispositifs.

La prestation de compensation pour l’aménagement du logement ou le prêt à taux zéro adaptées pour la réalisation de travaux d’aménagements existent déjà. Ils permettent de circuler dans son logement, d’utiliser les équipements indispensables à la vie quotidienne, de se repérer et de communiquer, sans difficulté et en toute sécurité. La prise en charge des frais liés à l’adaptation du logement au titre de la prestation de compensation du handicap complète d’autres aides financières pouvant être mobilisées pour des travaux d’adaptation et d’accessibilité.

Un crédit d’impôt

est aussi possible pour certains équipements dans les résidences principales comme les sanitaires, les équipements de sécurité, et ceux d’accessibilité.

L’Agence Nationale de l’Habitat aide également à la rénovation thermique et l’adaptation des logements aux personnes à mobilité réduite en cas de handicap ou de dépendance.

Troisième vérité : Les élus socialistes du Nord et Tourcoing agissent en direction des personnes en situation de handicap

Depuis 2008, une commission intercommunale d’accessibilité a été mise en place à Lille Métropole. Membres de cette commission, les élus socialistes de Tourcoing travaillent déjà pour améliorer l’accompagnement des personnes en situation de handicap moteur ou physique. Le département du Nord, quant à lui, a renforcé considérablement ses moyens humains et financiers pour délivrer efficacement une réponse à chaque sollicitation.

PS de Tourcoing




Mentions légales

Le blog de la Section des Sourds et Malentendants Socialistes est propulsé par WordPress

  • Méta

  • Conçu et développé par Sophie Drouvroy — Être créatif 2010