Charlotte Brun

Pour réussir l’accessibilité en 2015, le gouvernement se donne tous les moyens

Posté le 27 février 2014

communiqué de presse :

La mise en accessibilité des établissements recevant du public (ERP) était fixée au 1er janvier 2015 par la loi du 11 février 2005. En 2011, le rapport de l’IGAS a conclu à l’impossibilité de respecter ce délai.

Devant ce constat alarmant, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a fait le choix du pragmatisme et de la concertation. Il vient de clore aujourd’hui cette concertation inédite, menée avec détermination par sa présidente, la sénatrice Claire-Lise Campion, et d’annoncer les décisions gouvernementales qui y font suite.

Des agendas d’Accessibilité Programmée (Ad’AP) seront inscrits dans la loi et mis en œuvre. Ils permettront aux acteurs de s’engager sur un calendrier précis et encadré de travaux. La signature d’un Ad’AP permettra, en contrepartie de son respect, de lever le risque pénal auquel ces acteurs seront exposés dès le 1er janvier 2015, et ce sur toute sa durée.

Le Parti socialiste rappelle que seulement 15% de bâtiments étaient accessibles en 2012 et que l’UMP, alors au pouvoir et aujourd’hui amnésique, n’a cessé de vouloir remettre en cause la loi de 2005, notamment l’accessibilité obligatoire des programmes neufs. Le gouvernement a su réagir avec réalisme pour permettre de réussir 2015 en améliorant le volet accessibilité de la loi de 2005.

Le Parti socialiste soutient la politique ambitieuse et volontariste du handicap menée par le gouvernement, qui par une approche globale et dynamique, permettra de mieux prendre en compte toutes les formes de handicap.

Charlotte Brun, secrétaire nationale au Handicap, à la petite enfance et aux personnes âgées

Loi 2005 : le gouvernement s’engage pour que l’accessibilité universelle devienne enfin une réalité !

Posté le 12 février 2014

Il y a 9 ans que la loi du 11 février 2005 a été promulguée. Cette loi pour l’égalité des droits des chances, pour la participation et la citoyenneté des personnes handicapées fut et reste une grande loi de la République. Force est de constater qu’elle n’a pas été portée sur le plan politique. En 2012, seulement 15% de travaux en faveur de l’accessibilité ont été réalisés. L’objectif de mise en application, fixé par la loi en 2015, ne pourra pas être atteint.

Le rapport « Réussir 2015 » de la sénatrice Claire-Lise Campion confirme ce constat.

Devant la gravité de cette situation, le gouvernement a mené une concertation sans précédent pour aboutir à un engagement des acteurs concernés, qui ne seront pas prêts pour 2015, sur un calendrier de travaux appelé « les agendas d’accessibilité programmés ». Cet engagement permettra l’élaboration d’ici quelques semaines d’un projet de loi « d’habilitation ».

Les conclusions de « Réussir 2015 » ont permis aussi de réunir en septembre 2013 et pour la première fois depuis sa création, le Comité interministériel du Handicap (CIH). La feuille de route gouvernementale présentée a été élaborée autour de quatre grands axes : la jeunesse, l’emploi, l’accessibilité, l’accompagnement médico-social et la santé.

La mobilisation sans précédent de l’actuel gouvernement permet de faire de l’accessibilité pour tous et de l’inclusion sociale des personnes en situation de handicap une réalité.

Le Parti socialiste salue la politique courageuse et responsable du gouvernement pour donner à chaque personne sans distinction sa place de citoyen dans la société.

Comité interministériel du Handicap : vers une égalité réelle

Posté le 28 septembre 2013

Communiqué de presse

Hier, le Premier ministre, a réuni le Comité interministériel du Handicap (CIH), pour la première fois depuis sa création en 2009.

Placé sous l’autorité du Premier ministre, le CIH est chargé de définir une stratégie nationale du handicap et d’organiser le travail entre tous les ministères concernés par cette question : Education, Logement, Culture, Recherche, Travail, Sport, Santé, Défense, Collectivités territoriales….

Le CIH s’inscrit dans la continuité des mesures concrètes déjà prises par le gouvernement, comme la circulaire de septembre 2012 qui stipule que tous les projets de loi doivent prendre en compte le handicap et comporter des « dispositions spécifiques». D’autre part, d’autres mesures ont été prises dont : la proposition d’un CDI aux 28.000 auxiliaires de vie scolaire, la décision de professionnaliser l’accompagnement des jeunes enfants, l’augmentation du nombre d’AVS. S’ajoutent à cela l’adoption du troisième plan autisme et la meilleure prise en compte des besoins des personnes en situation de handicap dans les conditions d’âge des emplois d’avenir ou des contrats de génération.

La feuille de route gouvernementale présentée hier a été élaborée autour de quatre grands axes : la jeunesse, l’emploi, l’accessibilité, l’accompagnement médico-social et la santé.

Pourquoi la jeunesse ? Parce que nous devons offrir aux générations futures une vie meilleure : accompagner les parents, mieux accueillir les enfants dès la crèche, favoriser l’inclusion des enfants à l’école, permettre aux enfants de partir en vacances.

Pourquoi l’emploi ? Parce que l’accès à l’emploi signifie reconnaître les compétences et aptitudes de toute personne, et notamment de celles qui sont en situation de handicap. Pour rendre cela possible, il convient de mieux former les travailleurs. Un volet handicap est donc prévu dans la réforme de la formation professionnelle. Cela permettra de garantir l’insertion des travailleurs handicapés et d’éviter les ruptures professionnelles, mais aussi de soutenir leurs activités.

Pourquoi l’accessibilité ? Parce qu’elle est la condition incontournable d’une société plus égalitaire. L’accessibilité du cadre bâti, de la voirie et des transports doit faciliter la vie de l’usager, la vie du citoyen et permettre l’accès à la culture et au sport.

Le Parti socialiste soutient cette approche transversale, collective et dynamique décidée par le gouvernement, qui permettra l’impulsion d’une politique du handicap cohérente et juste. Elle devrait changer enfin le regard sur le handicap encore trop souvent perçu comme une carence.

Le Parti socialiste salue l’action menée par le gouvernement pour faire de notre société une société plus solidaire, plus respectueuse et plus démocratique. Une société plus tolérante capable de reconnaître nos différences sans les craindre, une société où la singularité de chacun doit être respectée et valorisée.

Charlotte Brun, secrétaire nationale à la Petite enfance, à l’Autonomie et au Handicap

Reconnaissance du métier d’accompagnant, un pas de plus vers l’école inclusive

Posté le 27 août 2013

Communiqué de presse

Le Parti socialiste se félicite des mesures annoncées par Vincent Peillon, Goerge Pau-Langevin et Marie-Arlette Carlotti permettant la reconnaissance du métier d’accompagnant d’élèves en situation de handicap. 

La pérennisation des 28 000 contrats d’accompagnants dans les 6 prochaines années, l’embauche de 8 000 personnes supplémentaires pour la rentrée 2013, l’engagement de mener des échanges autour du temps de travail des accompagnants sont les preuves que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault est déterminé à soutenir les accompagnants et à les inciter à plus de professionnalisation. 

Plus encore, ces mesures démontrent que l’école inclusive voulue par François Hollande se met en place, au bénéfice de tous les élèves et notamment des élèves en situation de handicap. Les annonces concernant l’utilisation du numérique et l’instauration des parcours personnalisés viennent ainsi renforcer la place de ces élèves au sein de l’institution. 

C’est également cela investir dans l’avenir pour garantir le droit à la réussite de tous.

Charlotte Brun, secrétaire nationale à la petite enfance, à l’autonomie et au handicap

Emeric Brehier, secrétaire national à l’Education

Yannick Trigance, secrétaire national adjoint à l’Education

Accompagnement des enfants en situation de handicap : 8000 postes dès la rentrée 2013

Posté le 24 juin 2013

Communiqué de presse

Le Parti socialiste se félicite de la création, dès la rentrée 2013, de 8 000 postes pour accompagner les enfants en situation de handicap.

Une semaine après la signature de la convention-cadre de coopération entre le ministère de l’Education nationale et la Fédération des Associations pour Adultes et Jeunes Handicapés, c’est une traduction concrète de l’école inclusive voulue par Vincent Peillon.

La refondation de l’école de la République est en marche, symbole d’une société tournée vers l’avenir et qui refuse que ses perspectives ne soient pas partagées par l’ensemble de ses membres.

par Charlotte Brun, Secrétaire nationale à la petite enfance, aux personnes âgées et au handicap,

Emeric Bréhier, Secrétaire national à l’éducation,

et Yannick Trigance, Secrétaire national adjoint à l’éducation