Emploi

Loi 2005 : le gouvernement s’engage pour que l’accessibilité universelle devienne enfin une réalité !

Posté le 12 février 2014

Il y a 9 ans que la loi du 11 février 2005 a été promulguée. Cette loi pour l’égalité des droits des chances, pour la participation et la citoyenneté des personnes handicapées fut et reste une grande loi de la République. Force est de constater qu’elle n’a pas été portée sur le plan politique. En 2012, seulement 15% de travaux en faveur de l’accessibilité ont été réalisés. L’objectif de mise en application, fixé par la loi en 2015, ne pourra pas être atteint.

Le rapport « Réussir 2015 » de la sénatrice Claire-Lise Campion confirme ce constat.

Devant la gravité de cette situation, le gouvernement a mené une concertation sans précédent pour aboutir à un engagement des acteurs concernés, qui ne seront pas prêts pour 2015, sur un calendrier de travaux appelé « les agendas d’accessibilité programmés ». Cet engagement permettra l’élaboration d’ici quelques semaines d’un projet de loi « d’habilitation ».

Les conclusions de « Réussir 2015 » ont permis aussi de réunir en septembre 2013 et pour la première fois depuis sa création, le Comité interministériel du Handicap (CIH). La feuille de route gouvernementale présentée a été élaborée autour de quatre grands axes : la jeunesse, l’emploi, l’accessibilité, l’accompagnement médico-social et la santé.

La mobilisation sans précédent de l’actuel gouvernement permet de faire de l’accessibilité pour tous et de l’inclusion sociale des personnes en situation de handicap une réalité.

Le Parti socialiste salue la politique courageuse et responsable du gouvernement pour donner à chaque personne sans distinction sa place de citoyen dans la société.

Avec Mme Carlotti pour qui la SNPH doit être avant tout un lieu « d’incitation au recrutement »

Posté le 20 novembre 2012

 

Marie-Arlette CARLOTTI dans son bureau a Paris À mi mi-parcours de la semaine pour l’emploi des personnes handicapées, nous avons interrogé Mme Marie Arlette CARLOTTI plus de six mois après son arrivé a ce ministère en charge des personnes handicapées et de l’exclusion. Une manifestation auquel la ministre sera très présente, aujourd’hui même elle assistera a la première conférence parlementaire qui aura lieu sur le thème de l’emploi et du handicap 

et organisée par l’ancien député Mme Martine CARRILLON-COUVREUR désormais présidente du Conseil national consultatif des personnes handicapées. Une semaine qui se déroule avec un taux de chômage record de 22 % pour lequel malheureusement pas vraiment d’explication nous sont donnée. Les emplois d’avenir et autres solutions mis en place par ce nouveau gouvernement sera-t-elle suffisante ? Voici ce que nous a répondu Mme la Ministre.

FHI — Avec un chômage en progression constant depuis 20 ans et taux record de 22 % et + 13,9 % en 2011, comment expliquez-vous l’échec des différents gouvernements ?
Marie-Arlette CARLOTTI : Ces chiffres sont évidemment désolants. Les personnes handicapées ont un taux de chômage équivalant au double de celui de la population valide. L’année dernière, il a augmenté beaucoup plus fortement que l’augmentation moyenne du chômage. Pour les entreprises en période de crise, l’embauche des travailleurs handicapés est plus difficile qu’en période de croissance.

FHI — Emploi d’avenir oui, mais croyez-vous que cela puisse être l’unique solution ?
Marie-Arlette CARLOTTI : Trop de jeunes de notre pays n’ont pas accès au monde du travail. Les emplois d’avenir constituent une première expérience professionnelle et une chance d’acquérir une qualification.
Les emplois d’avenir reposent sur une ambition collective et mobilisatrice : offrir une véritable insertion professionnelle à des jeunes peu ou pas qualifiés. Ce programme aura un impact tout à fait considérable. Ce sont 100.000 jeunes chômeurs qui vont trouver un emploi dans les prochains mois et ensuite 150.000 par an. Nous avons fait inscrire un volet handicap dans ce dispositif. De nombreux jeunes handicapés qui pourront être recrutés jusqu’à l’âge de 30 ans (au lieu de 25 ans pour les autres jeunes). Avec ces emplois d’avenir, nous disons aux jeunes que la société ne les abandonne pas.

FHI — L’AGEFIPH a cette année 25 ans d’existence, avec de 17.7 % à quota 0 et 31 % a moins de 4 %, pensez qu’ils soient possibles de parler de réussite et voyer-vous des reformes dans son organisation ?

Marie-Arlette CARLOTTI : L’emploi des personnes handicapées dans les entreprises augmente trop lentement mais il augmente régulièrement. Et l’action de l’AGEFIPH y est pour beaucoup. Sensibiliser des dizaines de milliers de petites entreprises à la question du handicap est un travail de longue haleine et l’AGEFIPH y consacre une énergie considérable dont je reconnais les résultats positifs. Il faut continuer ce travail en le concentrant sur les personnes dont le handicap représente un vrai frein à l’embauche ou au maintien dans l’emploi.

FHI — Tous les gouvernements successifs ont toujours mis en avant le manque de formations chez les travailleurs handicapés, le défaut de scolarisation et le manque d’AVS et moins 0,5 feront des études supérieur. Ne sont-ils pas responsable de cette situation ?

Marie-Arlette CARLOTTI : L’insertion en milieu ordinaire est l’un des objectifs que je poursuis au sein du gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Cette question doit donc être posée dans toute sa complexité, il s’agit ici de toucher à la fois à la scolarisation, à l’accès à la formation et à l’enseignement supérieur.

Pour les enfants et adolescents en situation de handicap, j’ai lancé le 16 octobre dernier avec ma collègue George Pau-Langevin, un groupe de travail sur la professionnalisation du métier d’accompagnant qui rendra ses travaux en 2013. Dès septembre, nous avons pris des mesures d’urgence avec 1.500 AVS supplémentaires.

Pour les étudiants en situation de handicap, seulement 11.000 d’entre eux accèdent à l’enseignement supérieur. C’est bien trop peu ! Il faudra changer cela rapidement.

Un rapprochement entre les universités et les entreprises est également nécessaire, afin de mieux anticiper l’entrée dans le monde du travail, il permettra aussi à l’entreprise de se préparer à accueillir les travailleurs en situation de handicap de façon plus qualitative. La charte Universités/handicap intègre cet engagement. En parallèle, de nombreuses grandes entreprises, soucieuses de recruter des professionnels d’un niveau élevé de qualification, font largement connaitre leurs offres ; cela s’accompagne parfois de formes innovantes d’aide à l’étudiant handicapé.

FHI — Avec une moyenne en baisse, en 2012 située à 4,2 % pour les trois fonctions publiques au-dessous du secteur privé, comment expliquez-vous que l’État n’a pas été le premier à donner l’exemple ?

Marie-Arlette CARLOTTI : Historiquement, l’Etat a été le premier à donner l’exemple puisque les premières législations sur le handicap avaient pour objectif de reclasser dans les administrations les blessés et invalides de guerre sur ce qu’on appelait les emplois réservés. L’Etat avait sans doute le sentiment d’avoir fait son devoir. Avec la loi de 2005, toutes les administrations ont la même obligation d’emploi de personnes handicapées que les entreprises et elles sont soumises aux mêmes pénalités. Je vous précise que les modalités spécifiques pour le recrutement de fonctionnaires handicapés sont efficaces et que les recrutements s’améliorent. D’autre part, les administrations ont une tradition de maintien dans l’emploi plus forte que les entreprises.

FHI — Pour conclure, la 16e édition de la semaine pour l’emploi des travailleurs handicapés aura lieu du 12 au 16 novembre, pensez-vous que celle-ci joue encore son rôle d’instigateur ? Certains ne voyant qu’un rendez-vous marketing pour les grandes entreprises.

Marie-Arlette CARLOTTI : Bien entendu, cette semaine pour l’emploi des personnes handicapées conserve tout son rôle d’incitation au recrutement de travailleurs handicapés. Elle donne lieu à des centaines de manifestations sur tout le territoire, elle permet la rencontre de milliers de candidats à l’emploi avec des milliers d’employeurs potentiels. Pas seulement dans les grands groupes mais aussi dans beaucoup de TPE et PME. Et si les grands groupes se mobilisent pour l’emploi des personnes handicapées, nous ne pouvons que nous en féliciter.

Interview réalisé le 14 Novembre 2012
Par Stéphane LAGOUTIERE

source : http://www.france-handicap-info.com

Aucun commentaire » | Catégorie : Actualités | |

Le handicap : une question de civilisation.

Posté le 21 mai 2012

Alors que commence le quinquennat du nouveau Président de la République, le socialiste François Hollande, le conseiller de Paris et militant socialiste Hamou Bouakkaz, expose les enjeux de ce mandat pour les personnes handicapées.

La dernière décennie a doté la France du cadre légal qui lui permet de « désinsulariser » les personnes handicapées. Ce processus s’est achevé par la ratification par la France de la Convention relative aux droits des personnes handicapées adoptée par l’Organisation des Nations-Unies. La mandature qui débute devra être celle de la pleine application des lois en vigueur et de la mise en œuvre de l’Agenda 22, avec des mesures fortes sur l’accessibilité universelle. Il incombera au nouveau gouvernement de faire franchir une étape décisive à la mise en accessibilité universelle de notre pays. A cet égard, la création d’une autorité en charge de la stimulation de ce chantier sera un marqueur de la nouvelle manière d’aborder cette question.

Pour des états généraux de l’emploi des personnes handicapées.

En période de crise, les personnes handicapées sont les dernières recrutées et les premières licenciées. Le 25e anniversaire de la loi de 1987 paraît le bon moment pour s’interroger sur notre dispositif de stimulation de l’emploi et de la formation professionnelle. Des évolutions devront advenir, en lien avec les partenaires sociaux, les élus locaux, les professionnels du secteur, pour rapprocher les dispositifs de l’usager et les organismes spécifiques du droit commun, stimuler l’innovation. La réduction de moitié de l’écart entre le pourcentage de chômeurs valides et handicapés devrait être l’objectif à atteindre sur 5 ans. François Hollande a mis la jeunesse au cœur de son projet pour la France de 2017. La jeunesse en situation de handicap doit être incluse dans les projets de réussite éducative : 100% des enfants handicapés doivent être admis à l’école.

Des personnes handicapées plus visibles.

Il semble que la France continuera de briller par l’absence des personnes handicapées au plus haut niveau de sa représentation parlementaire. Des gestes significatifs devront être faits pour leur donner la place qui leur revient dans tous les organismes décisionnels. Le politique devra faire preuve de volontarisme dans ce domaine. Les personnes handicapées fondent, à juste titre, beaucoup d’espoir dans cette alternance. Il va de soi que plus elles seront mobilisées et impliquées dans la défense de leurs intérêts, plus elles seront unies autour d’objectifs communs, mieux elles pourront contribuer à construire la société rassemblée plus fraternelle solidaire et inclusive à laquelle elles aspirent.

Hamou Bouakkaz

1 commentaire » | Catégorie : Actualités | |

François Hollande rappelle ses engagements en faveur des personnes en situation de handicap à l’APF

Posté le 22 février 2012

Communiqué de Presse :

Par, Marisol Touraine, responsable du pôle social, Hamou Bouakkaz, responsable inclusion des personnes en situation de handicap, Pénélope Komitès, responsable inclusion des personnes en situation de handicap, Charlotte Brun, secrétaire nationale en charge du handicap et des personnes âgées

François Hollande a reçu hier une délégation de l’Association des Paralysés de France conduite par Jean-Marie Barbier.

A cette occasion, Jean-Marie Barbier lui a exposé les orientations du pacte pour 2012 présenté aux candidats à l’élection présidentielle.

François Hollande a affirmé une nouvelle fois son engagement en faveur d’une politique forte en faveur de l’inclusion pleine et entière des personnes en situation de handicap, à cet égard, il a souhaité que sa campagne soit pleinement accessible à tous, quel que soit le handicap. S’il est élu à la Présidence de la République, François Hollande fera en sorte que s’applique une politique transversale sur le handicap : c’est ainsi que toutes les lois présentées au Parlement comprendront un volet handicap.

Il a rappelé ses trois principales priorités : l’accessibilité, l’éducation et l’emploi des personnes en situation de handicap.

Il s’est engagé à créer une agence pour l’accessibilité qui permettra d’accélérer le processus de mise en accessibilité des bâtiments et l’application de la loi de 2005 en la matière.

Pour favoriser la formation des personnes handicapées, François Hollande a renouvelé son engagement d’affecter une part significative des 60 000 créations de postes dans l’éducation nationale pour l’accompagnement des enfants et adolescents handicapés, en milieu scolaire ordinaire comme en établissement spécialisé. Il a également indiqué sa volonté d’augmenter le nombre d’étudiants handicapés.

Enfin, l’égalité face à l’emploi des personnes en situation de handicap doit être respectée. François Hollande s’est prononcé pour une relance de la dynamique de l’emploi dans toutes les entreprises, protégées ou non. Pour cela, il mènera une politique en faveur du développement de l’apprentissage et de la formation continue des travailleurs handicapés.