François Hollande

Que reste-t-il de nos engagements ? Le bilan de François Hollande sur les questions sociales, selon Charlotte Brun

Posté le 9 mai 2013

Selon Charlotte Brun, la présidence de François Hollande a permis une rupture politique profonde et salutaire en ce qui concerne les questions sociales.

Charlotte brun est secrétaire nationale du PS en charge de la question du handicap depuis 2008.
Charlotte brun est secrétaire nationale du PS en charge de la question du handicap depuis 2008.

La présidence de François Hollande a amorcé « un changement de regard vis-à-vis des questions de handicap ». Toute loi qui émane du gouvernement doit avoir un volet handicap. C’est une « décision extrêmement importante », estime Charlotte Brun.

Des mesures symboliques fortes, suivies d’effets

Les effets de cette politique sont déjà réels.

Ainsi, la loi sur les contrats d’avenir inclut la question du handicap. Autres exemples, « tous les budgets relatifs à l’autonomie et au handicap ont augmenté de 7%, dans un contexte de crise et un cadre très contraint » ; de même, la refondation de l’école comprend un volet sur l’inclusion des enfants en situation de handicap. Elle prévoit également une formation initiale où les enseignants suivront des modules sur la façon de recevoir des élèves en situation de handicap dans leurs classes.

Les perspectives sont encore plus prometteuses.

« Pour la première fois depuis sa création, en 2009, le Comité interministériel du handicap va s’ouvrir en juin. » Il permettra « qu’une deuxième marche puisse être franchie par le gouvernement » et « devra ouvrir sur des propositions concrètes sur lesquelles travaille déjà le gouvernement ».

Un retour sur les acquis de la loi de 2005 ?

Les inquiétudes sont vives au sein de l’opinion qui a pu en effet penser que le PS revenait sur certains acquis de la loi de février 2005.

Ainsi, le rapport Campion a suscité une vive émotion, en proposant « d’enjamber 2015 », c’est-à-dire de repousser la date butoir de 2015 qui avait été posée par la loi de 2005 s’agissant de l’accessibilité universelle. (Au 1er janvier 2015, tous les lieux publics et transports devaient être accessibles à tous.)

Face à l’accusation de renoncer à cet objectif, le PS est formel : sous la présidence de Nicolas Sarkozy, les socialistes « ont bataillé contre les tentatives de remise en cause de la loi d’accessibilité universelle. » ; le bilan de la droite serait catastrophique et les socialistes en héritent. Aujourd’hui, le niveau global correspond à 20% de l’objectif. «Un chiffre ridicule ! », selon le PS.

Le rapport Campion  « donne un cadre réglementaire très contraint à toutes les villes non encore accessibles en 2015. Elles sont obligées de dire comment elles seront complètement accessibles ». Bien loin d’être un recul, le rapport Campion serait un « rapport très positif et souligné comme tel par les associations ».

Quant à la « simplification administrative » promue par le gouvernement, Charlotte Brun veut contrer toute interprétation négative : « Ce ne sera pas au dépens de l’accessibilité universelle, la volonté du premier ministre est là. »

L’acte III de la décentralisation ne remettra pas en question l’égalité des territoires

La seconde pomme de discorde est la décision de transférer la gestion des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) aux collectivités territoriales. Cette décision s’inscrit dans la volonté du gouvernement d’entamer « l’acte III de la décentralisation ».

Pour Charlotte Brun, il n’y a pas lieu de craindre un abandon des politiques nationales en direction des personnes handicapées. Cette décision va au contraire permettre aux personnes de « faire reconnaître leurs droits », sans se heurter au « mille-feuille administratif ».

« On a l’impression de se battre pour tout, aujourd’hui ! », explique Charlotte Brun. Aller plus loin dans la simplification administrative permettra au contraire d’assurer l’égalité des droits entre les territoires, en rendant les droits de chacun plus clairs et plus accessibles.

L’amendement 274 a « mal été compris »

Les associations ont fortement bataillé contre l’amendement 274 qui figurait dans la loi sur la refondation de l’école. Beaucoup de familles y ont vu le risque de ne plus pouvoir décider du sort de leur enfant souffrant d’un handicap. L’amendement renforçait le poids des professionnels de la santé et du handicap dans l’orientation des élèves.

L’idée « était de faire en sorte qu’il y ait une meilleure concertation entre les familles et l’ensemble des professionnels qui interviennent auprès des enfants », se défend Charlotte Brun, qui comprend la crainte des parents. « Ils ont sans arrêt l’impression de devoir se battre pour obtenir une reconnaissance du parcours de leur enfant ».

La priorité aujourd’hui serait plutôt de renforcer « les métiers qui souffrent d’une absence de postes, et surtout les médecins et les infirmières scolaires ».  Pour « prendre des décisions quant au parcours de l’enfant et envisager son parcours de manière plus souple, il faut que les gens puissent se voir plus souvent dans l’année. »

 

Pauline Quillon

Source: http://www.vivrefm.com/infos/lire/1242

1 commentaire » | Catégorie : Actualités | |

Le Président de la République présente ses vœux aux Français pour l’année 2013 (vidéo en LSF avec transcription écrite)

Posté le 1 janvier 2013

Mes chers compatriotes,

Fidèle à une belle tradition, je présente à chacune et à chacun d’entre vous mes vœux les plus chaleureux pour la nouvelle année.

En mai dernier, vous m’avez confié la tâche de conduire notre pays dans un moment particulièrement grave. Avec une crise historique, un chômage qui progresse implacablement depuis près de 2 ans et une dette record.

Je n’ignore rien de vos inquiétudes. Elles sont légitimes. Et je n’entends pas vous dissimuler les difficultés qui nous attendent. Elles sont sérieuses.

Mais ce soir je veux vous dire ma confiance dans notre avenir : la zone euro a été sauvegardée et l’Europe a enfin mis en place les instruments de stabilité et de croissance qui lui manquaient. Ce résultat semblait, il y a encore 6 mois, hors de portée. Il a été atteint.

Ma confiance, elle est surtout dans la France. Je connais le talent de nos entrepreneurs comme de nos salariés. Mon devoir, mon premier devoir, mon seul devoir, c’est faire que notre pays avance et que notre jeunesse retrouve espoir.

C’est pourquoi, j’ai pris, depuis mon élection, avec le gouvernement de Jean-Marc AYRAULT, trois décisions majeures.

La première, c’est le rétablissement de nos comptes publics. Je veux désendetter la France. Un effort a été demandé. Je sais ce qu’il représente après déjà tant d’années de sacrifices. Je vous assure que chaque euro prélevé sera accompagné d’une lutte drastique pour réduire les dépenses publiques inutiles. L’argent des Français est précieux. Chacun d’entre vous le gagne durement. Il doit donc être au service d’un Etat exemplaire et économe.

La deuxième décision, c’est le pacte de compétitivité. Je veux redonner, dès 2013, des marges de manoeuvre aux entreprises grâce à un crédit d’impôt de 20Mds euros pour leur permettre d’embaucher, d’investir et d’exporter.

La troisième, c’est la maîtrise de la finance : la Banque publique d’investissement est créée, la prochaine loi bancaire nous préservera de la spéculation et la taxe sur les transactions financières sera introduite au niveau européen dès l’année prochaine.

Lire le reste de cet article »

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti souhaite faciliter l’accès aux cinémas pour les personnes handicapées

Posté le 5 octobre 2012

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti veut créer un fonds pour aider les exploitants de cinéma à rendre leurs salles accessibles aux handicapés, d’ici à 2015.

S’exprimant mercredi soir devant le 67ème congrès de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF) à Deauville, la ministre a annoncé qu’elle confiait «  le soin au CNC d’organiser un groupe de travail sur la mise en place d’un fonds d’aide destiné à financer une partie des travaux d’adaptation nécessaire des cinémas. »

La ministre de la Culture a rappelé les exigences de la loi de 2005 selon laquelle tous les Établissements recevant du public (ERP) devront, au 1er janvier 2015, s’être rendus accessibles aux handicapés (personnes à mobilité réduite et handicapés sensoriels).

Le groupe devrait être « composé de professionnels, des associations handicap et des collectivités, pour que soient évalués les besoins, les critères, les modalités d’intervention et le coût d’une telle aide, » a ajouté Mme Filippetti.

L’accessibilité des salles de cinéma aux handicapés a été l’un des thèmes majeur du congrès de la FNCF, qui y a consacré une table ronde, en présence de différentes associations de handicapés.

La FNCF fédère plus de vingt syndicats regroupant l’ensemble des salles de cinéma en France, soit quelque 5.400 écrans, dans plus de 2.000 cinémas. Les salles neuves sont aux normes exigées pour l’accueil des handicapés, mais pour les plus anciennes, qui sont les plus nombreuses, le problème de la mise à niveau se pose parfois avec acuité, en raison du coût des travaux.

« Nous avons sensibilisé nos 2300 adhérents qui participaient au congrès, à cette question, » a affirmé Marc-Olivier Sebbag, délégué général de la Fédération.

Il a souligné toutefois que l’accessibilité des salles aux handicapés sensoriels est « en progrès », grâce à la numérisation. 90% des salles étant à présent numérisées, elles peuvent offrir une audio-description des films aux malvoyants et des sous-titres aux malentendants. Les salles Pathé-Gaumont, par exemple, proposent des films français sous-titrés en français, une séance le jeudi soir, une autre le samedi après-midi.

Aucun commentaire » | Catégorie : Actualités | |

L’engagement 32 est tenu ! La prise en compte du handicap dans les projets de loi

Posté le 5 septembre 2012

Dans un communiqué, Marie-Arlette Carlotti précise comment se traduira concrètement cet engagement.

Pendant sa campagne présidentielle, François Hollande a pris l’engagement d’inclure dans chaque loi, un volet consacré au handicap.

Le Gouvernement est désormais chargé de mettre en oeuvre cet engagement solennel. Les personnes en situation de handicap constituent une priorité de son action. De manière très concrète et dès la rentrée 2012, cela s’est déjà traduit par le recrutement de 1.500 auxiliaires de vie scolaire supplémentaires.

Des dispositions sont aussi prises pour que les jeunes en situation de handicap puissent pleinement bénéficier du dispositif des emplois d’avenir. À l’issue de l’examen en commission des Affaires sociales, le projet de loi créant des emplois d’avenir comporte un volet handicap et je m’en félicite. L’âge limite du dispositif sera porté à 30 ans pour les jeunes handicapés.

Pour poursuivre cet effort, le Premier Ministre vient d’adresser à l’ensemble des ministres une circulaire destinée à garantir la prise en compte, dans chaque projet de loi, de dispositions relatives aux personnes en situation de handicap.

Cette disposition réaffirme le caractère interministériel de la politique du handicap et rejoint l’objectif de l’inclusion des personnes en situation de handicap dans la vie de la cité. Elle assurera la prise en compte du handicap dans l’ensemble des politiques publiques.

pdf Circulaire n°5602/SG du 4 septembre 2012 (pdf – 106.9 ko)
Aucun commentaire » | Catégorie : Actualités | |

Nouveau et à noter : Engagement 32

Posté le 26 juillet 2012

“Je garantirai l’existence d’un volet handicap dans chaque loi.”  Engagement N°32 François Hollande, Mes 60 engagements, 2012

Pour suivre cet engagement, un compte tweet, une page et un site ont été crée :

Aucun commentaire » | Catégorie : Actualités | |