LSF

[23/03/13] Forum «La transition écologique: un nouveau projet politique pour la gauche» accessible en LSF

Posté le 12 mars 2013

Transition écologique

Contribuez dès maintenant au forum «La transition écologique: un nouveau projet politique pour la gauche» !

Samedi 23 mars de 13h à 18h se tiendra à la Bellevilloise à Paris le forum du Parti socialiste «La transition écologique: un nouveau projet politique pour la gauche». Le Forum veut affirmer l’urgence de la crise écologique et le lien qu’elle tisse avec les crises économiques, sociales et sanitaires. Il présentera quatre tables rondes thématiques, chacune animée par un Secrétaire national du parti et rassemblant des experts.

Seront présents notamment :

  • Harlem Désir, Premier Secrétaire du Parti Socialiste
  • Jean Jouzel, cofondateur du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) et prix Nobel de la paix en 2007
  • Laurence Tubiana, directrice de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) et membre du Comité de pilotage du débat national sur la transition énergétique
  • Isabelle Autissier, présidente de WWF France
  • Laurence Rossignol, secrétaire nationale du PS à l’Ecologie et au développement durable.

ATTENTION L’INSCRIPTION EST OBLIGATOIRE POUR PARTICIPER AU FORUM
Inscrivez-vous par courrier électronique en envoyant vos nom et prénom àpoleterritoire@parti-socialiste.fr

Le forum sera accessible aux sourds et malentendants


Contribuez en ligne dès maintenant !

Le PS souhaite pouvoir écouter les citoyens et les spécialistes pour construire avec eux le changement. Les réflexions et propositions issues de ces tables rondes seront portées par le Parti socialiste afin d’enrichir le débat politique, les grandes réformes à venir et d’être ainsi mises concrètement au service des Français.

Pour participer et les préparer, découvrez dès maintenant les quatre tables rondes sur notre site et déposez vos contributions en vous inscrivant et en les inscrivant en commentaires:

  1. Le vivant : matière première pour l’homme ?
  2. Nous lancer enfin dans la transition énergétique
  3. Produire et consommer pour un nouveau modèle de développement
  4. La fiscalité écologique : un contrat entre les hommes au service du contrat entre l’homme et la nature

 Consultez le programme du forum de la transition ecologique

Aucun commentaire » | Catégorie : Agenda | |
Aucun commentaire » | Catégorie : LSF | |

Pour la première fois, le Parti Socialiste contribue à l’accessibilité citoyenne pour les sourds !

Posté le 8 février 2013

Ce 7 février a eu lieu le premier atelier du changement a eu lieu à Brest, réunissant plusieurs centaines de participants, venus débattre et échanger avec Harlem Désir.

Pour la première fois, le Parti Socialiste a permis aux nombreux sourds d’accéder à un moment fort de démocratie participative de notre parti, par la présence d’interprètes en Langue des Signes Françaises (LSF). Les sourds ont pu faire part leurs attentes lors de l’atelier en deuxième partie.

La SSMS était présente et représentée par notre secrétaire national délégué à l’organisation et délégué régional, Christophe Le Gall.

Merci à Harlem Désir et à la Fédération PS du Finistère pour cette accessibilité citoyenne. Nous espérons que cela soit reconduite dans les autres régions, des demandes nous sont d’or et déjà parvenus !. 

atelier du changement - Brest

Atelier du changement - Brest (2ème partie) 

Harlem Désir à l'atelier du changement à Brest

1 commentaire » | Catégorie : Actualités | |

Améliorer les conditions de dépistage précoce de la surdité

Posté le 8 février 2013

J’ai installé ce jour (Nota le 5 février), le groupe d’études sur la LSF (Langue des signes française), que je préside à l’Assemblée nationale. Entre autre sujet, j’ai proposé que le groupe d’études se penche sur des actions concrètes d’amélioration des conditions de dépistage précoce de la surdité.

On estime à 6,6 % de la population (soit 4,09 millions de personnes) le nombre de Français souffrant d’un déficit auditif, dont 88 % sont devenus sourds ou malentendants au cours de leur vie. Ce public est d’une grande diversité : 483 000 personnes sont atteintes de déficience auditive profonde ou sévère, 600 000 malentendants portent un appareil auditif et 80 000 pratiquent la langue des signes française (LSF).

Si ce handicap concerne bien sûr majoritairement les personnes âgées, les enfants sont également touchés : chaque année, un enfant sur mille naît avec une déficience auditive ou est dépisté en tant que tel avant l’âge de 2 ans, soit environ 800 enfants par an.

Près de 85 % des surdités sont génétiques et peuvent donc être dépistées précocement. Certaines apparaissent plus tardivement à la suite par exemple d’otites séreuses et ne peuvent donc être détectées à la naissance. Si l’on y ajoute les surdités qui se développent dans les deux premières années, il y a en France environ 2 000 enfants sourds par année d’âge.

Je souhaite que le groupe d’étude sur la LSF puisse revenir sur les errements du gouvernement précédent et faire des propositions concrètes à ce sujet et notamment sur le dépistage précoce de la surdité.

En effet, alors que la majorité précédente avait déposé un projet de loi à ce sujet, devant la difficulté à le faire adopté, Xavier Bertrand, alors ministre de la Santé, a contourné le Parlement, en faisant paraître, entre les deux tours de l’élection présidentielle, le 3 mai 2012, signé le 23 avril, faisant obligation à toutes les ARS (Agences régionales de santé) de mettre en œuvre le dépistage précoce de la surdité.

Officiellement, le dépistage précoce a un objectif d’égalisation des chances. L’accès à une langue et à des solutions éducatives adaptées est en effet plus efficace lorsqu’il ne tarde pas trop.

Cette précocité devrait aussi permettre une meilleure rentabilité économique dans le domaine des dépenses publiques engagées pour l’éducation des jeunes sourds.

Mais cet arrêté ne s’attache à la mise en œuvre que d’un dépistage précoce d’ordre médical. Il a été pris sous la pression des lobbys afin de favoriser la pose d’implants cochélaires par chirurgie dès les premiers mois de la vie. Il ne retient qu’une seule autre condition à prendre en compte lors de ce dépistage: « une information des détenteurs de l’autorité parentale, le cas échéant, sur les différents modes de communication existants, en particulier la langue des signes française « . Ce n’est pas suffisant !

Car il est essentiel que les parents disposent d’une bonne information.

Le véritable enjeu en effet du dépistage précoce de la surdité, c’est l’acquisition précoce par les enfants sourds d’une langue première entièrement accessible. Cette acquisition conditionne leur avenir communicationnel, cognitif, scolaire, social et professionnel. Elle suppose toujours des compétences parentales dans le domaine d’une éducation adaptée et ne peut se contenter d’une seule solution médicale ou chirurgicale, quelle qu’en soit l’apport facilitateur.

C’est pourquoi, je souhaite que le groupe d’études sur la LSF propose des actions concrètes pour assurer un suivi global des jeunes sourds et apporter une information complète à leurs parents.

Jérôme Guedj

Source : http://blog.jeromeguedj.fr/?p=4403

1 commentaire » | Catégorie : Actualités | |